Patronymes Collatéraux et familles alliées ...



Et tout particulièrement  quelques Ancêtres  "  Epouses de Quiquerez "  depuis 1650 ... pour lesquelles , lorsqu' il y a un lien , vous serez diriger sur la page des commentaires ou sites correspondants ...

Pour commencer restons coté Paternel ...



les Familles              TOURNIER ma Grand Mere de Grandfontaine
PLUMEZ AR            " de Grandfontaine
CORDONNIER          niveau 4                                   de Grandfontaine               
BECHAUX             5 de Delle  Famille de Porrentruy
JUBIN             6 de Grandfontaine Origine Rocourt
PRETRE             7 de Boncourt
VALLAT             8 de Chévénez Origine Bure
TERRIER             9 de Bure


  • Sans oublier les  FRIDEZ  de Grandfontaine qui est le nom d' épouse de Jeanne QUIQUEREZ  : l' ainée des enfants de Lucien et Berthe TOURNIER .

  • les  FOURTOT  de Haute Saone : nom d' épouse de  Denise QUIQUEREZ , la petite dernière des enfants de Lucien et Berthe TOURNIER .



Familles TOURNIER



Le nom Tournier est apparemment originaire de plusieurs berceaux, les principaux étant centrés sur les régions Franche-Comté et Midi-Pyrénées.

D'après le livre de Laurent Fordant, Atlas des noms de famille en France, publié chez Archives & Culture, ce serait même un des 30 noms les plus portés en Franche-Comté depuis 1891, le département du Doubs et la ville de Besançon ressortant régulièrement comme les lieux de plus forte implantation au cours du siècle dernier.

Ce Patronyme très courant fait l' objet d' un site intéressant  : http://www.tournier.org/  crée par Hubert de la branche du Jura Français ...Enrichit par les pages de quelques porteurs ou descendants dont :

  •   Christian , de la branche du Doubs , qui n' en comporte pas moins de 1550 !  sa base est en ligne a l' adresse suivante :
                        http://gw0.geneanet.org/index.php3?b=ctfc&lang=fr;m=N;v=tournier

  •   La notre , sur une page dédiée, concernant la branche Suisse : 
                        http://www.tournier.org/fr/genea/claude/suisse.html


Dans cette branche :  Berthe Catherine , ma Grand Mère , que l' on retrouve dans le paragraphe  "Histoire de notre grand pere Lucien " ...  nous permettra de remonter par les actes et le registre des Bourgeois de la commune de Grandfontaine  jusqu' a Jacques né en  1650 .

Au delà , seul  le " livre des noms de famille Jurassien " de Pierre Henri  nous indique la présence :

1 . a Porrentruy vers 1529 de  Pierre TORNIER  et en 1568  Claude TOURNIER 

2 .  puis a partir de 1593 dans le village de GRANDFONTAINE  Noel  et  Henri vers 1626 .


Très attachée a Grandfontaine ce n' est qu' a partir de 1900  que cette  branche , enfants de François Emile , quitteront le berceau ancestrale pour s' installer a Beaucourt ( 90 ) .  Elle se developpera ensuite  sur Belfort , l' Alsace , la Suisse ,  le Doubs , la Haute Saone , la Saone et Loire , la région  Parisienne , la Loire Atlantique et les Etats Unis …

La plus ancienne souche retrouvée  est répertoriée sur la base de  " 5 Villages des Bois "  avec  Henry  né vers 1500 ,  Claude en 1546  et Servois en 1584 a Clairegoutte 70 ...

Une autre branche  s' est également développée  sur les communes de Phaffans  et communes voisines (90)    a partir d' un Nicolas marié en 1653 et d' un Jean né vers 1630 …  Ce sont plus de 500 Tourniers !    dont les actes , disponibles sur le site :  www.lisa90.org , couvrent une période allant de 1630 a 1800  et pour lesquels nous ne connaisons pas encore de base généalogique  , en ligne , la répertoriant !

L' absence d' actes de naissance de Nicolas et Jean ne nous permet pas de trouver une souche commune avec notre branche Suisse ni  de relier avec celle de Christian du Doubs ! Par contre nous  relions par l' arrière petit fils de Nicolas : Georges  marié en 1755 avec une Elisabeth Quiquerez de la branche Alsacienne répertoriée sur notre base spécifique QUIQUEREZ  ...


L' avenir…… nous dira peut être qu' il y a une surprenant similitude entre la branche des Quiquerez d' Alsace avec celle des Tournier du territoire de Belfort :  une origine commune  de Porrentruy en Suisse  pour émigrer en  France vers 1650 ???  ce qui se reproduira 250 ans plus tard avec les Quiquerez et Tournier de Grandfontaine …


Collatéraux

Familles FRIDEZ



Ce patronyme nous interesse a plusieurs titres :

1.  c' est le nom de Jeune fille de nos cousines : Bernadette  ma marraine ,  Madeleine et Marthe  dont l' ascendance  , enregistrée dans le registre des Bourgeois de Grandfontaine , remonte a Jean Fridez né en 1645 ,    Souche  de cette branche ou l' on y retrouve bon nombre de mariages entre Fridez et Quiquerez ...  tout comme avec la majorité des patronymes de cette région !

Ce nom de famille selon les documents linguistiques de la Suisse Romande apparait le 30 Juillet 1343 a Grandfontaine sous différentes graphies : Fridel , Fridez .  Porté par un avoué Perrin le Fridel , dit le Fridez ... en 1401 Perrin Fridel , puis en  1463 Jean Fridez  tous de Grandfontaine !  dont les descendants sont assurément de la souche décrite ci dessus ...  sans pouvoir les relier  par manques d' actes !

2 . Le livre de Pierre Henri  les noms de famille Jurassiens nous révèle la présence vers 1609  dans un autre village a  Bure de  Pierre Fridel  puis  Jean Fridez en 1626  dont on retrouve la descendance dans le  livre de Jeanne Baour Génalogie des Quiquerez-SAUNIER ...  ou elle consacre un chapitre complet  a cette autre branche  nommée Fridez-Quiquerez ,  qui réapparait  bien plus tard  au  Mairas a Bure  vers 1725  , par  un ancêtre de  Celestin  né en 1834 et marié avec une Quiquerez !  la descendance y est recensée ,  enrichie  de commentaires et  anecdotes ...

Dans l' état actuelle de nos recherches nous ne pouvons pas relier la branche des Fridez de Grandfontaine avec celle de Bure !  par contre on remarquera que les mariages avec  les Quiquerez y sont également fréquents ce qui les relient indirectement ...

3 . en Etymologie  Fridez  voudrait dire :  ami !    Voila donc les trois bonnes raisons de si intéresser ...

Avec les  Quiquerez les Fridez font tres certainement partie des plus anciennes familles de Grandfontaine .




Collatéraux

Familles FOURTOT 



Denise QUIQUEREZ , la petite dernière des enfants de Lucien et Berthe TOURNIER :  mariée a Maxime FOURTOT né a Audincourt (25)  ... Une vie mouvementée pour Maxime :

Né le 19 décembre 1899,  émigré aux  Etats Unis avec ses parents, ses frères et sœurs  les enfants seront  rapatriés en France suite au décès tragique de leurs parents le 31 Janvier 1906 à    New Rochelle ...

Maxime a combattu dans la première guerre mondiale à 15 ans, puis plus tard dans la seconde guerre mondiale, et l'underground ( résistance )  français.
Il a servi en Algérie, et ensuite a combattu dans la première guerre d'Indochine, il est parti le jour de son anniversaire, le 19 décembre 1946, durant  deux ans contre le Viet Minh, connu plus tard en 1955 aux États-Unis sous le nom de Viet Cong, dans et autour de ce qui est maintenant Danang .
Il est mort en 1968 deux ans avant que son fils Pierre parte combattre dans la deuxième guerre d'Indochine, mieux connu comme la guerre du Vietnam qui se termina en 1975.
Pierre s'est battu dans et autour de Danang pendant deux ans, tout comme son père…


Denise et Maxime émigreront en 1954, a leur tour, pour le Connecticut avec leurs quatres enfants ou ils fondèrent une grande famille que l' on retrouve principalement dans la région de New Haven , dont deux filles Suzanne et Liliane ainsi que Daniel  et Pierre .

Notre point de départ :

  • Le père de Maxime :  Adolphe  de Frédéric Fontaine en Haute Saône  né en  1868 …
  • Et le grand père :    Georges Frédéric FOURTOT marié en 1857 a Catherine Rose CROISSANT .

La richesse de la base  Généanet  nous a conduit ,  entre autres ,  sur l' arbre de " Gaulois 25 " pour y découvrir son excellent site :  5 Villages Des Bois :  Une base de donnée importante , bien construite !  nous donne par inscription un accès libre  et gratuit  aux  dépouillements effectués par les membres bénévoles ….

Et voila !  nous y découvrons  le nids des FOURTOT notamment sur  Frédéric Fontaine  et Clairegoutte  ainsi que celui de bons nombre des familles alliées comme CROISSANT …

Son groupe du même nom sur Yahoo , dynamique et efficace !  nous confirme que le terme  " d' entraide généalogique " n' est pas qu' un vain mot … de questions en réponses l' arbre se construit de jours en jours pour en arriver a Pierre né vers 1700 :

avec  l' ascendance complète de Maxime en commençant par son père Adolphe :


La base généalogique de Patrice RAVELET  " Gaulois 25 "  récapitule toutes les branches concernées … avec notamment pour les FOURTOT :  13  Branches  nous permettant  par recoupements  des actes  et listes de recensement de remonter jusqu' a  Abraham né vers 1630 ...


Sur le plan étymologique :

·                FOURTOT, Fourtat, Fortot. Le patronyme Fourtot, avec ses nombreux représentants, se trouve surtout à Héricourt, Montbéliard et Clairegoutte ; mais il existe aussi ailleurs. D'après toutes les apparences, et selon notre conviction, il doit signifier en langage montbéliardais : constructeur de fours (dans d'autres régions de France, on disait : fourtier. A Montbéliard, on appelait de même : toictot, ou toitot, celui qui faisait les toits ou les recouvrait). En 1432, Perin Fourtot d'Héricourt, est reçu bourgeois de Montbéliard. En 1450, les Fourtot travaillent déjà à Montbéliard, comme maçons. En 1509, le receveur Vautherelit fait figurer dans ses comptes une note payée à un maçon nommé Jehan Fourtot : "pour avoir bouché un pertuis". En même temps, Jehan et Georges Fourtot, maçons, sont payés pour leur travail à raison de 2 gros par jour. En 1548, un Pierre Fourtot est maître maçon à Montbéliard ; à la même époque, Renaud Fourtot est maître boucher ; en 1609, Girard Fourtot est maître tailleur. A partir du XVIe siècle, il y a des Fourtot à Clairegoutte ; en 1588, Perin Fourtot est parmi les sinistrés des Guises ; et ensuite les Fourtot se multiplient à Clairegoutte, Frédéric-Fontaine, Chenebier, Magny-d'Anigon, etc...


Quant au CROISSANT :  la grand mere Paternelle de Maxime  nous relions cette  branche par  Jacques encore une fois grâce a la remarquable base de  "Gaulois25" pour retrouver l' origine de ce patronyme , dans les Vosges , avec  Rémy né vers 1545  :

CROISSANT. Rémy Croissant, l'ancêtre de tous les personnages portant ce nom, dans notre pays, était l'un des seize fondateurs, en 1588, du village de Frédéric-Fontaine, appelé d'abord : tou nô vlaidge (le neuf village). Ce Croissant venait, d'après la charte de fondation, de Breroncourt (et non Bressoncourt) ce qui doit être Broncourt, actuellement en Haute-Marne. Il a eu des descendants non seulement à Frédéric-Fontaine, mais aussi à Clairegoutte, au Magny d'Anigon, à Héricourt, et en d'autres lieux. (G.P. - Par P. Croissant, "Une famille du Pays de Montbéliard, les Croissant de Frédéric-Fontaine", 267 pages, Montbéliard 1977).


Et voila la  "saga"  des  FOURTOT et  CROISSANT  qui a commencée  au XVII siècle par un mariage  en  1668  :  entre Abraham FOURTOT  et  Barbe CROISSANT  .


Collatéraux

Familles BECHAUX



Le livre des Noms de familles Jurassien de Pierre Henri  nous indique :

  • en  1430      Jean  BAICHAT        à  Chévenez

  • en  1468      Jean  BAICHAUL      Bourgeois de Porrentruy

  • en  1504        Jean Humbert  BAICHAULT    à  Coeuve

  • en  1546        Jean BAICHAULX      à  Courchavon

Aux  AAEB  a la cote 103 J  une généalogie de cette famille commence  :

  • en    1514  par    Richard  BAICHAUX      né a Saignelegier 

  • vers  1550            Didier              "              natif de Seleute ,  admis a la Bourgeoisie de Porrentruy  en 1579

  • vers  1585            Hugues          "                né a  Seleute et Bourgeois de Porrentruy

  • en    1607          Jacques          "            né  a  Porrentruy  4 enfants avec lesquels il partira pour  Belfort  Fin 1638  après la naissance de son dernier fils :

  • Laurent né en 1638  que l' on retrouve a Argesian 90 comme Meunier au moulin de Bavillier…  Il  engendrera  trois branches qui se développeront dans le territoire de Belfort :

  •                 celle de Jacques s' écrira      BECHAUD      et conservera cette orthographe avec un  personnage célèbre  qui a marqué la ville de Belfort :    Jean Pierre ...
  •                 celle de François                  BECHAUX        pas d' info complémentaires !
  •                 et jean Pierre                        BAICHAUX      il sera aussi  Meunier au moulin de Bavillier .

Le fils de Jean Pierre :  Sébastien  né en 1693  a  Bavillier  , dont le nom s' écrira BECHAUX , 
  •   marié a Belfort en 1719  ,  il  repartit pour Porrentruy en 1723  comme " Tanneur " … ou il acquit , de nouveau ,  la Bourgeoisie en 1728 …  et y deviendra  " receveur municipal " 
  •   il aura 11 enfants  dont  10  naitront a  Porrentruy  entre 1723  et 1740 …..

Cette branche , désormais ,  conservera l' orthographe :  BECHAUX  , elle  se fera connaître  dans les métiers de  "Tanneurs "  et se développera  sur  Porrentruy :
  •   ou  existe  encore la rue des Tanneurs …
  •   ainsi que  la maison des Béchaux !    une famille  Béchaux  s' y  réunie  régulièrement ... voir  leur site  internet :    http://bechaux.free.fr/ 
  •   ce Patronyme est indiqué  " dans le livre d' or des noms de famille Jurassiens "  d' André Rais .


Quant a notre  Marie BECHAU  née en  Novembre 1772  a  Delle 90  mariée avec Pierre Quiquerez  ...

fille de  Laurent  dit  de  Porrentruy  né  vers 1741, marié a une Marie Anne MOUTET   
Installé avec sa famille il travaillera  comme corroyeur  a  Delle 90 , métier du cuir également !!  ou il est indiqué comme Colon sur le site de Lisa90 .


Une quête sur plus de 8 ans pour trouver un lien avec les BAICHAUX  ...

Une piste sur Expoacte du CGAB :  un Laurent  BECHOT  de Belfort  marié  a  Marie Anne MATTET  de COURGENAY dont une fille Marie Joseph née le 31/01/1772 a Delémont  JU ! 
Troublantes ces similitudes !  Laurent BECHAU/BECHOT  , Marie Anne MOUTET/ MATTET ,  même période,  géographie proche,  11 mois d' écart entre deux enfants ...

Et  puis un jour de Novembre 2014 un message d' un  descendant de la famille BAICHAUX : Etienne BECHAUX  a trouvé, par hasard,  un acte de mariage aux AD de Besançon  nous permettant enfin  de relier ...

Etienne BECHAUX  nous communique une remarquable et intéressante synthèse sur la "saga"  de cette famille qui traverse  l' histoire du Jura Suisse et du Territoire de Belfort  sur 3 siècles dans laquelle on y trouve notamment ceci  :


Jean-Pierre Laurent (Antoine) Béchaux (1741-1784) sera ouvrier tanneur à Besançon (pendant son apprentissage), y convolera avec une fille du pays de Porrentruy, et s'installera à Delle comme corroyeur.

Le cas de Jean-Pierre Laurent (Antoine) Béchaux illustre bien, si ce n'est d'éventuelles dissensions familiales, la prise de distance (sociale ?) que ce dernier prit (ou subit) avec Sébastien l'ancien et sa famille. Jean-Pierre Laurent (Antoine) Béchaux fait son apprentissage de tanneur à Besançon, mais pas à Porrentruy chez son oncle Sébastien l'ancien, qui est le frère aîné de son père. Il se marie à Besançon sans qu'aucun membre de sa famille ne soit témoin de son mariage. Une fois installé comme corroyeur à Delle à 8 kms de Porrentruy, il ne prendra aucun oncle, tante, cousin pour parrain ou marraine des ses enfants, à l'exception notable de Jeanne-Baptiste Béchaux, une des petites-filles de Sébastien l'ancien, célibataire dévouée et préceptrice de ses neveux et nièces de Porrentruy. Il est possible que sa relative inculture ne l'ait pas aidé dans ses relations avec ses cousins huppés de Porrentruy : il signe " Jan Pair " Béchaux sur le registre de mariage de Besançon.
Par la suite sa seule fille adulte  épousera un fils Quiquerez, famille de quelque renom à Porrentruy au XIX éme siècle. Sa veuve (il meurt à 43 ans) se remarie avec son apprenti, qui deviendra maître-tanneur, et aura pour petit-fils Jean-Baptiste Schaker (1808-1876) qui sera un architecte local renommé ; ce dernier construira  des monuments civils et religieux : la synagogue et le temple de Mulhouse, l'église Saint- Etienne de Mulhouse, les églises de Zillisheim, Jettingen, Kingersheim, Pfastatt. Il réédifiera celle de Delle.




Familles SAUNIER ...

Cliquez pour agrandir l'image



Le livre des noms de famille Jurassiens de Pierre HENRI nous indique que :

Les origines latines du nom :  Salinatoris , comme signification ouvrier dans le sel ... Le sel était une matière précieuse dont la vente était réglementée et rigoureusement contrôlée sous l' ancien régime. L'impot était la gabelle ...

En 1413      Colin          le  SAUNIER        de  Chauvillier        bourgeois de Porrentruy    puis de St Ursanne
   
      1430      Riot      dit  le SALNIE            de  Cornol

      1478    Jean                SALNYE            de  Porrentruy
      1553    Jean            le  SAULNIE          de  Tavannes
      1589    Richard            SALNIER          de  Miécourt
      1635    Jacques          SAULNIER      de  Chévénez
   
Avec depuis 1600 les déclinaisons les plus couramment retrouvées et utilisées :  SAULNIER et SAUNIER   


Un extrait du livre de Jeanne BAOUR  " généalogie des QUIQUEREZ/SAUNIER "  en fichier  joint :


la famille SAUNIER.doc
Cliquez pour agrandir l'image

On  trouve deux branches principales avec    Henri et Valbert  vers 1618,  à Damvant  puis Réclère,  que nous ne pouvons relier actuellement !


Et ce magnifique arbre de 1678 à 1976, réalisé par Paulette QUENOT et son mari  Alois GRAFT, ci contre  :

Et maintenant coté Maternel  dans l' Oise ...






Les familles       DEBRAINE          celui de ma Mere                           
DAGUENET " Clé de voute " de la Famille !! Jules
CAILLE   celui de mon épouse

Familles  DEBRAINE

Cliquez pour agrandir l'image


Léon  :  mon Grand Père , maternel ,  né en 1890 dans une petite commune  proche de  Montdidier dans la Somme a la limite de l' Oise , d' un père  berger : Charles .

  • Ainé d' une famille de 7 enfants dont 2 des 5 garçons périrent durant ou des suites de la guerre 14/18  ainsi qu' une des deux filles : Léonie

  • ils s' établirent  a  Chambly  avant 1910 qui en deviendra la commune principale ou l' on y retrouve :  Noêl et Louis avec leurs descendants respectifs jusqu' a ce jour ….

  • Léontine mariée a Raymond  Béquin  , dans la commune de Morangle 60 , dont une branche est installée sur Crépy en Valois avec leur fille Raymonde …



Quant a Léon il se mariera au Mesnil en Thelle  avec Marthe Daguenet … en Juin  1914  .

  • rappelé en  Août pour la guerre comme Cavalier au 6ieme Cuirassier , il obtiendra une  citation  pour son courage durant cette période avant d' être libéré en 1917 .

Cliquez pour agrandir l'image
  • En 1920 il rentrera a la SNCF grâce a son métier de forgeron mécanicien et sera affecté au dépôt de la Chapelle a la Gare Nord  et deviendra par la suite chauffeur mécanicien grande ligne notamment en conduisant  la Flèche d' or ...

il se distinguera encore une fois en établissant, a titre expérimental ,  le record de vitesse a 155 km/h  avec la plus rapide des locomotives a vapeur sur la ligne Paris Bruxelles ...

La vapeur assourdissante, comme sortie des entrailles de l'enfer, l'odeur du métal brûlant, le jaillissement effrayant des flammes qui s'échappaient du gueulard, le foyer entrouvert, ou la trépidation du sol dès les premiers tours de roue, tout cela a créé à jamais une fascination et une passion mêlées de crainte et d' admiration !

  De belles machines  les machines à  vapeur !  des trains de légende ...                Un album : Léon avec ses loco !
Cliquez pour agrandir l'image


Les Ascendants :

  • Charles Gédéon  , un berger né en 1863  a  Louvrechy 80    décédé entre 1930 / 35    né de père inconnu et de Léontine  DEBRAINE née en 1839  a  Maresmontiers 80 , elle accoucha  a  Louvrechy  chez ses parents de deux enfants .

Le village de Maresmontiers  sera le fief de notre branche sur plus de 5 générations de 1839 a 1700 .

  •   Jean Jacques, né en 1799 marié a Marie Joséphine  de SAINT OMER de Grivesne 80,  a  Pierre dit Maurice né en  1697 a Mesnil St Georges 80 marié  a  Marie Anne de SAINT PAUL de Rollot 80 ...

Ce dernier couple au parcours atypique avec ce Pierre dit Maurice qui épousera une fille de notable de Rollot 80 dont le père et les frères seront des notaires
Maurice travaillera à la manufacture des glaces Royale de Paris :  https://archive.org/stream/histoiredelamanu00fruoft#page/n5/mode/2up
Ils auront une vie relativement courte et mouvementée au point que l' on perd la trace des autres enfants ?

Notre branche commence avec le père de Maurice : Pierre Firmin  né vers 1663 marié en seconde noce avec Anne COULON dans le village de Mesnil St Georges 80 situés a la limite de la Somme et  de l' Oise  ...   

Les registres ne nous en diront pas plus ! il faudra se pencher sur les actes notariaux pour relier les  souches qui commencent avant 1650 par Antoine, Charles, Robert,  Pierre, Vincent, Martin, Dominique  ...

C' est dans un cercle de 15 km formé par les villages de Maresmontiers  ,  Montdidier , Maignelay , Brunvilliers la Motte , Ansauvilliers , Chepoix ...  que se  situe  le berceau familial.


Sur le plan étymologique   

Les variantes orthographiques que nous retrouvons fréquemment dans les actes , avant 1800 , sous la forme  :  de Brenne , de Braine  ...  avec parfois des S  nous indique que l' origine est un nom de lieu et en l' occurrence  le village de  BRAINE sur VESLES  dans l' Aisne a moins de 100 km de Montdidier .

Dans cette commune , Située a 18 km de Soissons sur la R.N. 31 reliant la région Parisienne à Reims  dite route des Sacres, nous y retrouvons les origines avec né en 1030 :
  •   Gauthier de BRAINE ,nommé aussi Hugues  Comte de Braine , marié en 1075 a  Adelaïde de SOISSONS née en 1060 dont une fille
  •   Agnes de Braine  née vers 1077 ,  Dame de Braine , mariée en 1100 avec André BAUDEMONT , Seigneur de Braine  dont
  •   Agnes née en 1130 Comtesse de Braine  mariée en 1152 avec Robert 1er Capet nommé le grand Comte de Dreux et du Perche    dont
  •   Robert II nommé le jeune Comte de Dreux  1154 / 1218  dont entre autres  :
  •   Henri de Braisne  Archeveque de Reims  1196  ...
  •   Jean  de Braisne  Comte de Vienne et de Macon ...
  •   Pierre Mauclerc  Chevalier de Braine et  Duc de Bretagne  ...

Il est  établi maintenant que les origines de notre NOM sont  bien  de la  PICARDIE !    Aine , Oise et Somme .

Cette région en est le fief  et  gardera jusqu' a nos jours  le taux de natalité le plus important que nous retrouvons dans les actes , sur les nombreuses bases généalogiques et conforté depuis 1890 par les  statistiques  nationales mais, toujours, avec une prédominance pour l' Oise ...

Familles DAGUENET ...

Cliquez pour agrandir l'image


Jules DAGUENET  né en 1858  , il habitera le Mesnil en Thelle , dans l' Oise , avec ses  enfants :


  • Marthe ma grand mère mariée avec Léon Debraine … Une  fille unique :  Simone , ma mère ,  mariée avec Roger Quiquerez …

  • Blanche mariée a Pierre Fournier aura  7 enfants avec lesquels elle partira vivre a Belfort dont :

Madeleine mariée a Fernand Quiquerez , le frere de mon pere Roger ! c' est a leur mariage que ma mère connaîtra  son futur mari :  Roger …

Roland marié a Andrée Seng dont une fille Nicole  mariée avec Alex Buser !

puis Blanchette , Georgette , Germaine , Henriette et Gabriel .

Les six premiers formeront la branche de Belfort ou l' on retrouve les patronymes : Haumann , Muller,  Lupfer et Franck avec les descendants Lacour  , Faivre , Serra …



  • Yvonne épousera Marcel Fort ,  né dans la Vienne d' ou la branche des Fort , Boulou , Judas  et  Baliziaux …  Ils auront un fils : Jacques mon parrain ….et ses descendants  a Beaumont / Oise .

  • Paul marié avec Alice :  3 enfants    Raymond , Lucien et Michel  …  la seule branche restante porteur du patronyme Daguenet avec Lucien et son fils Claude a  Brest ,  Michel  avec  Jean-Michel et Marianne  a Nice . 

Tenanciers du café tabac de Bernes sur Oise  Paul et Alice apparaissent  sur quelques anciennes cartes postales du village  et  pour certaines  aux  éditions DAGUENET !!

  • Georges et Louise        :  1 enfant    Roger sans descendant .

  • Juliette avec Gaston Maupas :  sans enfant


Les principales branches sont ainsi formées  :    DAGUENET  DEBRAINE  FORT    FOURNIER  et  QUIQUEREZ .





Cliquez pour agrandir l'image


Maintenant voici l' ascendance :      la souche et les racines  de la famille  " DAGUENET "


Pour la Souche revenons a Jules :    dont le parcours est un jeu de piste …….

  • Enterré au Mesnil en Thelle ou il était  " garde champetre " …
  • Décédé  a  Bernes sur Oise chez  sa fille Yvonne et Marcel Fort
  • Domicilié au Mesnil en Thelle  dont 4 enfants nés dans la commune
  • les deux premiers enfants sont nés  a Laboissiere en Thelle
  • Marié a Mortefontaine avec Horthense Longavenne née a Conteville 76390
  • Né a  la Chapelle St Pierre  de :

Louis Nicolas 1829    marié dans la commune de  Dieudonné ,  Né a  Cires les Mello  pour remonter a Valérien Martin né vers 1590 …

Ce village  sera le berceau et le fief des  Daguenet...  parfois écrit Dagnet , et avant  1740  ne  sera inscrit le plus fréquemment que sous la forme " Dagné " .

Ce sont des  familles  de vignerons ,  que l' on retrouve dans les actes jusqu' en 1600 ,    a causes des dégats causés par les incendies , dans les archives communales , les actes deviennent difficilement lisibles !

C' est de cette commune médiévale , au passé historique riche , que se terminera  la Jacquerie !  la révolte des paysans  !


Quant au  Mesnil en Thelle : il  ne sera le fief , de notre branche ,  que depuis  1890 … mais  le restera pour l' éternité avec dans le cimetière le couples Jules et Hortense , leurs enfants :  Paul et Alice , Georges et Louise , Yvonne et Marcel  , Marthe et Léon , ainsi que mes parents Roger et Simone ...


Sur le plan Etymologique  DAGUENET est inscrit dans le livre des noms de famille Jurassien de Pierre Henri    !!  ou il est écrit :  ce n.d.f. apparait deja a Chévenez dés 1324  avec des variantes orthographiques  Daguenel , Dagueney ... puis la famille ne figure apparemment plus dans les archives de l' Ancien Evéché de Bale . Peut etre s' est elle éteinte ?

Familles LONGAVENNE ...

Origine du nom " LONGAVESNE "



Horthense mariée a Jules Daguenet :  mes arrières Grand parents  maternelle … Comme son mari Jules , Horthense  est décédée a Bernes sur Oise , chez sa fille Yvonne ...

Née en 1864 a Conteville dans la  Seine Maritime a la limite de l' OISE a  moins de 10 km de    Monceaux l' Abbaye    qui  est le centre  de cette région , nommée la picardie verte ,  ou l' on retrouve la majorité des porteurs de ce Patronyme dans les villages de Moliens , Romescamps , St Thibault , Bouvresse , Boutavent , Campaux , St Arnoux …  tous situés dans un rayon d' environ 6 km !  a la limite de l' Oise dans une zone enclavée entre la Somme et la Seine Maritime .

Différentes orthographes sont relevées :  Longavene , Longavenne, Longavesne , Longuavene , Longuavenne , Longuavesne et principalement  " de LONGAVESNE  "  avant la révolution de 1789  sur le hameau de Boutavent la Grange 60 qui sera berceau familiale  de notre branche pour la période antérieure a 1750 jusqu' a la limite des actes vers 1650 ...


Le nom de  Longavesnes    est aussi celui d' une commune située dans le département de la Somme (région de Picardie). Ce village appartient au canton de Roisel et à l'arrondissement de Péronne. Les habitants de Longavesnes s'appellent les Longavesnois et étaient au nombre de 104 au recensement de 1999. C' est la seule commune de France a porter ce nom  ... 



Le lien ci dessous nous donne des informations complémentaires sur ce Patronyme :







Origine du nom " LONGAVESNE "

Familles  CAILLE 


Commençons par la maman de mon épouse :

  • Gisele BLIN  née et habitant  Grez (60) rencontre , lors d' un mariage a Crevecoeur  (60)  Robert DOBIGNY  qui deviendra son premier mari ,  ils habiteront  Muidorge ou est né Jean Claude .  Robert part a la guerre et pendant ce temps Gisele seule fait fonctionner la batteuse qui était leur outil de travail !    les hommes du village lui donne un coup de main …

  • Cette branche des BLIN  commence  avec un  Adrien  né vers 1660  ou bon nombre de cette lignée seront des berger ... leur fief se situe dans l' Oise a    Hétomesnil :

A bois st Martin rattaché a Abbeville st Lucien il y avait un café appartenant a un DOBIGNY prénommé Charles !  ( mais pas de la famille a Robert : pure coïncidence ) ,  ce café est racheté par un certain Julien CAILLE (Caillé) qui  habite Tillé prés de Beauvais ! 

Gisele qui recherche un chauffeur de loco, pour faire fonctionner la batteuse , s' adresse un jour au patron du café  Julien CAILLE  qui lui propose son fils :  Roger  !! c' était justement son métier ou ils habitaient … a Tillé . 


Et voilà comment débute une histoire durant la guerre …

Ils habiteront  Muidorge ou naquit  Guy , le divorce n' étant pas prononcé Roger reconnaîtra ensuite Guy , puis ce fut l' exode …  et après  le retour a Muidorge …  Roger retrouve du travail dans une ferme a Villeneuve les Sablons , près de Méru , ou il y restera caché pour échapper au S.T.O. Allemand !!!!   

C' est un retour aux sources pour Roger :  Villeneuve les Sablons est la commune ou son père Julien  est né ! qu' il quitta pour aller se marier a Guignecourt ou naîtront ses enfants…  et ensuite habiter " Tillé"    près de Beauvais !


Vous connaissez la suite …    mais certainement pas celle de  vos Ancêtres    que vous aller découvrir ci dessous ...

Cliquez pour agrandir l'image


Repartons  de votre grand père  Julien !! 

Dans  la commune de Villeneuve les Sablons que l' on retrouve dans les actes , jusque vers  1880 ,  sous la dénomination de :
       
                    " Lavilleneuve le Roy "  écrit aussi  :  La  Villeneuve le Roy  !

C' est durant la Révolution de 1789 qu' il a été décidé de changer le  nom !  mais appliqué une centaine d' années plus tard ou l' on y trouve les actes  qui nous permettent de remonter  jusqu' a :

  •       Jean Baptiste  né  en 1810        a  Berville 95  ( Canton de Marines )

Ensuite les archives départementales du Val d' oise pour les actes qui nous permettent de reconstituer la branche principale jusqu' en  1700 avec :

  •       Barthélémy      né  en  1678      sur  Berville 95
           
au delà les actes existent mais ne sont plus vraiment lisibles pour notre niveau  qui nécessiterait , afin de continuer , une formation en paléographie …..

Après recherches , sur internet ,  dans le site d' une association généalogique d' Ile de France , nous y récoltons  les infos  permettant de continuer  cette branche  jusqu' a  :

  •       Guillaume    né  vers  1580    et  toujours    a    Berville  95


Quant a l' hortographe du patronyme quelques variantes :

  •                 Jusqu' en  1700  on le trouve écrit :  Caillié…. ,  Callié…. et  Caillé …

pour  ensuite se stabiliser sous la forme plus connue actuelle de  " Caillé "  avec des terminaison en  "  é "  souvent  " er "  voir  " et "  comme :

  •                 Denis et Nicolas  de 1750 a 1800      s' écrira avec    " et "
  •                 Vers 1800 la branche de la soeur de Jean-Baptiste : Honorine avec  " er "
  •                 et depuis 1800  Jean- baptiste  et ses descendants  choisirons le  " é "


Familiale
Collatéraux


Site créé avec Lauyan TOWebCliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSdimanche 8 octobre 2017